MUSEE DES BEAUX ARTS DE NICE
HISTORIQUE

Avant le rattachement de 1860 à la France, Nice ne possède ni de musée historique ni de musée des Beaux-Arts. Lors de sa visite, l’empereur Napoléon III, soucieux d’y remédier, décide le dépôt d’un certain nombre d’œuvres en vue de constituer les débuts d’une collection.
Malheureusement, aucun local n’ayant été prévu pour la recevoir, une partie de l’envoi décore la Préfecture des Alpes-Maritimes, tandis que l’autre trouve refuge à la Bibliothèque municipale, alors rue Saint-François de Paule.
A partir de 1875, la municipalité décide de louer un étage d’une maison appartenant à la comtesse Rey afin d’y placer ses collections.

En 1891, devant le manque chronique de place, la municipalité loue un immeuble doté d’un péristyle de temple grec, reconstitué pour l’occasion par un antiquaire de la rue Dubouchage. Les dons commencent alors à affluer et le local ne tarde pas à devenir insuffisant, si bien qu’en 1901, la Ville charge le peintre Alexis Mossa*, désigné comme conservateur, d’opérer le transfert des collections dans une nouvelle bâtisse plus vaste mais toujours en location, située avenue Notre-Dame.
La situation bien qu’améliorée, demeure précaire.

En 1925, grâce à la pression tenace de la Société des Beaux-Arts, la municipalité se résoud à l’achat d’une villa aux vastes proportions : la Villa Kotchoubey .